Solutions pour la malléole interne !

La malléole interne est l’os qui ressort au niveau de la cheville.
Chacun des ces deux os peut venir frotter contre le monocycle électrique et ainsi générer quelques douleurs.
Voila quelques solutions sur ce sujet…

malléole interne monocycle électrique

La malléole interne et l’apprentissage

Lorsque l’on débute en monocycle électrique, la crispation et l’angoisse de ne pas tenir debout en équilibre sur cet engin à 1 roue sont les sentiments qui dominent. Du coup, n’ayant pas de guidon pour tenir le monocycle électrique, nous essayons de serrer l’engin au maximum entre nos pieds et nos mollets.

Le monocycle électrique va ainsi venir frotter contre chaque malléole interne pendant plusieurs minutes/heures et les premières séances d’apprentissage peuvent ainsi générer quelques douleurs aux niveaux de ces os.

Rassurez-vous, cette potentielle phase douloureuse au niveau de malléole interne est temporaire ! Au fur et à mesure de vos parcours, vous allez prendre confiance et moins insister sur le serrage de votre monocycle électrique entre vos chevilles/jambes ! Quelques millimètres viendront de plus en plus s’interposer entre la coque du monocycle électrique et votre malléole interne et c’est plutôt de haut du monocycle électrique qui naviguera (sans douleurs) entre vos mollets !

En attendant cette phase sans douleurs (qui pourra être plus ou moins rapidement obtenue en fonction de la confiance que vous développerez sur l’engin), voila quelques solutions partagées par la communauté de wheelers pour éviter les douleurs pendant la phase d’apprentissage du monocycle électrique.

Les solutions pour apprendre sans douleurs aux malléoles internes

Une première astuce partagée par la communauté pour protéger chaque malléole interne est de s’équiper de protèges tibia de football entre le mollet et la coque de la roue. L’épaisseur du protège tibia permettra ainsi de déporter la cheville (et donc la malléole interne) de quelques millimètres et ainsi d’éviter que la coque de la roue ne viennent frotter contre cet os de la cheville.

Une seconde astuce est d’apprendre à faire du monocycle électrique avec des chaussures de marche en montage montantes ! Oui, ces types de chaussures qui enveloppent la cheville ! Votre malléole interne est ainsi bien à l’abri de la coque plastique du monocycle électrique !

Une dernière astuce peut aussi être d’ajouter des bandes de protections en mousse de chaque coté du monocycle électrique à la hauteur des mollets. Tout comme le protège tibia, l’épaisseur de ces bandes en mousse permettra de créer quelques millimètres d’espace entre la malléole interne et la coque du monocycle électrique.

Et vous ?

Avez-vous beaucoup souffert sur ce sujet ? Avez-vous d’autres conseils à partager avec nous ? Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous et n’oubliez pas de suivre ma page Google+ ou d’aimer ma page Facebook (à droite de cet article) pour être tenu au courant des prochaines vidéos et des prochaines publications.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (8 votes, average: 4,50 out of 5)
Loading...

Website Comments

  1. Inky
    Répondre

    J’ai pratiqué les protège-tibias pendant des mois avant de me voir offrir des plaques en mousse « Pukka » spécialement conçues pour, qui se fixent par scratch autour des mollets.
    J’ai soudain progressé de façon spectaculaire !!! O_O

    En effet, les les protège-tibias étant rigides mais n’ayant aucun « grip », mes mollets tendaient à glisser contre le capot donc je compensais en serrant à mort celui-ci entre mes jambes pour avoir du contrôle. D’où un style de conduite crispé, tout en force… et pas super assuré…

    Avec des protections souples en revanche, impossible de continuer ainsi : je me filerais aussitôt des bleus aux mollets car la protection n’est plus aussi « absolue », et ce serait très douloureux.

    J’ai donc adopté instinctivement un style beaucoup plus naturel, décontracté, et j’ai beaucoup progressé. Maintenant je peux même sauter des gros trottoirs. 😉

  2. Maxime
    Répondre

    Bonjour. Quelques remarques :
    – J’ai utilisé un moment des « protège malléoles », cousus aux protège-tibias de chez Décathlon. Ils portent une sorte de coupelle de plastique rigide de 5 cmenviron doublée de mousse qui protège bien.
    – Le port de grosses chaussures en cuir noir, essayé une fois ne m’a rien apporté, au contraire. Je pensais pourtant que ça améliorerait en répartissant la force. Mais non, et je n’ai pas compris pourquoi. Peut-être que l’épaisseur supplémentaire augmente la pression ?
    – Pour améliorer, il ne faut pas mettre une mousse ou autre à l’emplacement de la malléole, mais A COTE de sorte qu’elle ne touche pratiquement pas à sa « pointe ». Donc quelques cm au-dessus de la malléole. (Au-dessous, il n’y a pas d’appui, c’est le vide)

POST A COMMENT.