Trouver son équilibre en monocycle électrique

Tenir en équilibre sur une roue en mouvement pourrait vous paraitre très difficile à assimiler.
C’est aussi ce que je pensais jusqu’à ce que je constate pouvoir tenir dessus au bout de 30 minutes…
Voila mes conseils…

Le monocycle électrique vous aide à trouver votre équilibre

Le monocycle électrique est vraiment un bijou de technologie ! Son rôle (et il le fait très bien) est justement de vous donner suffisamment de support pour que vous puissiez avoir quelques appuis. Je m’explique.

Il calcule sans cesse les forces à appliquer pour que les deux supports de pieds soient stables et résistants. Ainsi, au démarrage, l’avant et l’arrière des supports sont résistants de façon à qu’il faille appuyer vers l’avant pour que le monocycle électrique avance. Si vous chercher juste à rester droit, l’engin va vous donner suffisamment de résistance sur l’avant et l’arrière des supports pour vous permettre de vous redresser (mais sans pour autant comprendre qu’un appui vers l’avant, qui vous permet de vous redresser, soit considéré comme un ordre pour avancer. Si vous voulez avancer, il faudra appuyer un peu plus fort sur l’avant des supports et il comprendra alors que vous voulez avancer)

De même, pour freiner alors que vous roulez, le monocycle électrique vous donnera suffisamment de résistance sur l’avant des support pour pouvoir pencher votre corps vers l’arrière (un peu suffira) et ainsi vous permettre de concentrer votre poids sur l’arrière des supports.

Quant à l’équilibre gauche/droite, comme déjà expliqué, c’est en roulant que vous trouverez cet équilibre (c’est comme en vélo : difficile de rester sur le vélo lorsqu’il est à l’arrêt mais aucun problème d’équilibre gauche/droite lorsqu’il roule)

Où apprendre à trouver son équilibre ?

Je vous déconseille tout de suite toutes les surfaces délimitées. Je vous déconseille ainsi les garages vides (délimités par les murs) ou les terrasses (délimitées par les murs de votre maison, des arbres sur les cotés…).

Ce qu’il faut bien comprendre est que vos premières dizaines de minutes sur votre monocycle électrique vont être utilisées à essayer de vous maintenir sur l’engin. Peu importe où il va, votre concentration va être focalisée à 100% sur votre équilibre sur le monocycle électrique. En aucun cas, vous ne serez disponible pour tenter de le piloter et de vous diriger lors de ces premières minutes.

Ainsi, en choisissant une grande surface sans obstacle (une grande place, un grand parking…), vous pourrez passer du temps à trouver votre équilibre sur le monocycle électrique sans vous soucier d’un éventuel mur ou d’un fin de terrasse à éviter.

Vous ne serez ainsi pas obligé de descendre de votre monocycle électrique parce qu’un obstacle se présente. Vous tenterez de rester sur votre monocycle électrique, peu importe où il va, jusqu’au moment où votre équilibre sera trouvé et vous roulerez…

J’avais personnellement appris sur le parking du centre commercial à proximité de chez moi un dimanche après-midi (c’était idéal car le magasin était fermé ce jour là et le parking était donc pour moi tout seul). je roulais ainsi sans m’arrêter au bout de trente minutes 🙂

Et vous, où avez-vous appris ? Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Website Comments

  1. Hervé
    Répondre

    Bonjour,

    J’ai 47 ans, expérience en vélo et roller. je me suis procuré ma machine lundi.
    après le travail, je m’entraîne 1 heure. j’ai de la chance, j’habite une rue en cul de sac, alors pas de passage. Mais Après 2 heures, j’ai encore de la difficulté pour maintenir mon équilibre. Pas de chute, mais la machine culbute. A part cela, les sensations sont là. J’ai hâte d’y retourner. Merci pour les conseils.

  2. Olivier
    Répondre

    Bonjour à tous.

    L’Olivier du début (le motard) est vraiment ravi de bien mieux maitrîser la machine aujourd’hui ! Le plus étonnant est que, après plus de 3 semaines d’arrêt, j’ai fait des progrés, très notables dès que je suis remonté sur la wheel. Le corps semble avoir « appris » des expériences précédentes, a tout gardé en mémoire, pour le tout prochain essai : C’est impressionnant et très encourageant : on progresse en dormant ?

    Hier, plus de 5km toujours sur mon parking, à enchainer virages à gauche (faciles) et ceux à droite (réussis aussi, mais plus délicats …). C’est amusant cette différence de sensations droite / gauche. Elle s’estompe cependant. A l’instant, 5km de nouveau. Plus on progresse, plus l’équilibre est conservé à très basse vitesse.

    Je suis d’un naturel prudent, je me lançerai « sur la route » quand j’aurai vraiment confiance. Je travaille maintenant le pilotage « fin » (appuis avant-arrière et équilibre général du corps) pour pouvoir gérer toutes les situations …

    Bravo pour ce site très clair et explicite !

  3. Olivier
    Répondre

    Bonjour,
    j’ai 57 ans, motard, en très bonne forme physique et je viens d’acquérir un monocycle électrique, attiré par l’élégance qu’ont les « riders » de ce nouveau moyen de transport.

    N’ayant personne autour de moi pour me donner des conseils, j’ai fait beaucoup d’erreurs relatées ci-après : Je suis encore un vrai débutant, et j’en suis toujours à mon parking favori, après quasiment 2h30 d’essais cumulés.

    1ère erreur : Essayer chez soi, sur de très courtes distances, ou en se tenant à une rampe d’escalier : On ne progresse pas vraiment.
    2ème erreur : Le pneu était trop peu gonflé : Lors de mes premiers essais sur un parking, la roue, arrivée à une certaine vitesse, vibrait latéralement : très désagréable ! : 1bar de pression au lieu de 4.
    3ème erreur : Etre quand même trop présomptueux : Ce n’est pas parce qu’on a fait de bonnes distances en ligne droite, avec une bonne vitesse, que l’on maîtrise immédiatement l’engin. Grosse gamelle, suite à un essai « rapide » en ligne droite, avec une voiture sur le parking derrière moi qui m’a fait peur. Ne maîtrisant pas encore les virages, une tentative de changement de direction non maîtrisée : la chute était inévitable …
    Heureusement, veste de motard avec protection, casque … pas de bobo, sauf à l’amour propre !

    Je progresse ! Mon parking favori a un énorme avantage : Séparé en deux par une allée centrale, il a 4 « portes anti-caravanes », bien pratique pour se tenir, latéralement pour démarrer (montants verticaux), verticalement pour changer de sens sans descendre de la roue (suspendu à la barre horizontale de la porte). Je recommande ! Cela permet d’enchainer les « lignes droites », et de prendre confiance. Petit à petit, on accumule des sensations. Prochainement, j’attaque les virages francs. J’arrive actuellement à me diriger, mais cela reste des virages amples et peu anglés … A suivre.

    En tout cas, malgré la gamelle, une furieuse envie de progresser et de pouvoir la prendre pour circuler en ville. C’est un engin extraordinaire !

  4. Rachid
    Répondre

    bonjour,
    Bravo pour ces conseils pratiques, je débute avec ma machine, j’y arrive facilement avec les deux roues d’apprentissage , mais sans roues c' »est dur , sauf que je n’ai pas encor essayé sur un emplacement assez grand et libre d’obstacle comme un parking de grande surface un jour de fermeture. la persévérance va probablement payer . merci et bonne conduite

POST A COMMENT.